Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? Je travaille !

« Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? », voilà une question qui est très souvent posée et à laquelle tout le monde répond la même chose, son métier.
On retrouve la même structure dans d’autres langues. En anglais on dit « What is your occupation? » et en espagnol « ¿A qué te dedicas? » (du verbe dedicar qui signifie se consacrer).
Mais pourquoi répond-on ceci ?

Le travail occupe une grande partie de notre temps

Les français dorment 7 heures et 47 minutes par nuit en moyenne. Nous sommes donc réveillés 24*7-7,78*7 ≈ 113,54 heures par semaine.

Sachant qu’en France, nous travaillons 39,5h en moyenne par semaine, le travail occupe donc 39,5/113,54 ≈ 35% de notre temps !

Sachant qu’il nous faut aussi du temps pour manger, se laver, se déplacer, faire les courses… une fois le travail enlevé, il reste relativement peu de temps.

Donc, si on interprète la question « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » comme une question à propos de ce qui occupe notre temps, il est logique qu’on réponde généralement par notre métier.

Le travail, LE moyen de se sentir utile

On pourrait interpréter la question « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » différemment. Cette question peut aussi vouloir dire « Qu’est-ce que tu accomplis dans la vie ? » voire « En quoi te sens-tu utile dans la vie ? », sans considération de temps.

Dans ce cas encore, la plupart répondrait par leur métier. J’ai pu m’en rendre compte durant ma démarche de diminution de mon temps de travail (notamment grâce aux « semaines Off« ). Je me suis moi-même souvent demandé en quoi j’allais être utile le jour où je travaillerai moins.
J’ai même ressenti une certaine pression sociale qui m’amène régulièrement à me justifier de l’utilisation de mon temps, maintenant que j’ai beaucoup de temps libre.

Je pense qu’il s’agit d’un problème d’éducation et de culture. On est tous éduqué (formaté ?) à un modèle où le travail est la partie « utile » et le reste est du loisir pour nous détendre et nous changer les idées. C’est réducteur. Pourquoi une activité en dehors du travail ne pourrait-elle pas être utile ?

Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? Je fais… plein de choses !

J’aimerais qu’on réfléchisse tous aux différentes choses que nous faisons et peut-être qu’on commencera à répondre différemment lorsqu’on nous demande « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? ».

Nous pouvons être utiles de différentes façons. Quelqu’un qui contribue à une association humanitaire est évidement utile. Mais nous sommes utiles bien plus souvent que nous ne le pensons. Personnellement, je me sens utile quand je donne un conseil à un autre entrepreneur, quand je participe à un match d’impro, ou encore en ce moment même où je suis en train d’écrire cet article.

Bref, j’espère que la prochaine fois qu’on vous demandera ce que vous faites dans la vie, vous vous souviendrez de cet article et que vous répondrez par une liste des activités qui vous font vibrer, qui vous rendent fier de ce que vous êtes, qui changent le monde…

Et vous, que faites-vous dans la vie ?

Gagner sa vie sans « travailler »

Human Coders existe depuis 2 ans et demi. Dès le début, mon associé et moi avons fait le choix de privilégier notre mode de vie à une croissance sans limite de la société.
Dans un premier temps nous avons optimisé notre temps afin d’être les plus efficaces possibles jusqu’à atteindre le salaire que nous souhaitions, puis nous nous sommes libérés du temps progressivement. Aujourd’hui, nous ne travaillons que quelques heures par semaine et Human Coders conserve sa croissance !

Voici quelques principes de base que nous avons appliqués et qui pourront vous inspirer.

Les rêves

Souvent, l’idée que quelqu’un n’ait plus besoin de travailler est associé à la chance. Nous imaginons généralement que pour ne plus avoir besoin de travailler il faut :

  • Avoir touché un gros héritage
  • Avoir des parents très riches
  • Gagner au loto
  • Avoir trouvé par hasard LA bonne idée qu’on a revendu très cher à Google

J’aimerais vous montrer qu’on peut provoquer cette situation sans avoir besoin d’attendre d’avoir de la chance.

Quelques définitions

Je vous propose de faire le point sur quelques définitions avant de vous expliquer les concepts de base de notre méthode.

Travail

La mot travail a de multiples définitions.

Les origines du mot ne font pas rêver. « Travail » vient du latin « tripálĭum », un instrument de torture à trois poutres.

Pour certain le travail est une activité pour laquelle on est rémunéré. Pour d’autre, il s’agit d’activités contraignantes. Par exemple, avec cette dernière définition, une personne qui aime son métier pourrait considérer qu’elle ne travaille pas.

Qu’elle que soit la définition, notre objectif était de nous débarrasser le plus tôt possible de la partie contraignante (tâches répétitives, compta, administratif…). Ensuite, nous souhaitions continuer la démarche jusqu’à pouvoir nous consacrer seulement à l’essentiel.

Je vous invite à garder ces différents points de vue en tête durant la lecture de la suite de l’article.

Richesse

Etre riche est un objectif ou un rêve pour beaucoup. Avoir beaucoup d’argent permettrait à la fois d’obtenir de la sécurité (on peut subvenir à la plupart de ces besoins) et de la liberté (on peut faire beaucoup plus de choses).

J’aime beaucoup la définition de la richesse de Tim Ferris dans la semaine de 4 heures. Il propose de définir la richesse comme un bon compromis entre le temps et l’argent. On est riche lorsqu’on a assez d’argent pour profiter de son temps et assez de temps pour profiter de son argent.

Gagner du temps

Entrons maintenant dans le vif du sujet. Je vais vous présenter la « boucle à gagner du temps ». Cette boucle vous fournira un cadre pour vous libérer du temps.
Dans cet article, je ne donnerai pas d’exemples de solutions que nous avons trouvées, ce sera l’objet d’un prochain article.

Cette boucle est composée de 3 étapes :

  1. Trouver la prochaine tâche à supprimer/réduire. Le choix est très subjectif. Il doit prendre en compte le temps que vous passez sur cette tâche, sa pénibilité et la facilité à trouver une solution pour s’en débarrasser.
  2. Se débarrasser de cette tâche. Je vous explique les 3 grands axes ci-dessous.
  3. Retourner à l’étape 1.

Comment se débarrasser d’une tâche ?

Il y a une solution par tâche. Cependant, par expérience, nous avons trouvé 3 catégories de solution :

  • Ne pas faire. C’est une option qu’on oublie facilement. Il est bon de se demander ce qu’on perd si on ne fait pas une tâche. Ca peut valoir le coup !
  • Automatiser. A utiliser pour les tâches répétitives. Y-a-t-il un outil, un service, un script qui pourrait faire le travail à votre place ?
  • Déléguer. Enfin il est possible de faire en sorte que quelqu’un le fasse à votre place. De manière classique, vous pouvez payer quelqu’un pour le faire. Vous pouvez aussi offrir de la visibilité, un service en retour…

Stabilité

Pour finir, il est important de prendre soin de créer un système stable. Il vous sera impossible d’avoir de la stabilité si les gens avec qui vous travaillez vous abandonnent, si les clients ne sont pas satisfaits, si votre site bugge…
Pour mettre en œuvre ce système, vous devrez faire les choses bien. Proposez un environnement le plus confortable possible à vos salariés et vos partenaires, fondez des relations de confiance avec vos clients…
Cette course au gain de temps, nous a finalement aidé à proposer toujours plus de qualité à nos clients. Curieusement, plus nos clients sont satisfaits, plus nous pouvons nous libérer du temps !

Aujourd’hui, je profite de ce temps libre, entre autre, pour accompagner des entreprises sur leur gestion du temps. Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à me contacter.

J’offre 1/2 journée de conseil en business !

Human Coders me permet d’avoir de plus en plus de temps libre. J’accompagne régulièrement des start-ups/PME dans leur croissance et je souhaite profiter de cette rentrée pour accélérer cette activité de conseil en business.

Je conseille en particulier sur le Business Model et les méthodologies pour le faire évoluer. Etant un vrai passionné d’entrepreneuriat, je m’intéresse aussi beaucoup à la technique, la vente, au growth hacking, au mode de vie des entrepreneurs… ce qui permet un champs d’action assez varié en fonction des situations.

Durant une durée indéterminée, je vais offrir 1/2 journée de conseil en business chaque semaine. J’en profiterai pour tester des techniques, me challenger sur de nouvelles problématiques…

Pour proposer votre entreprise, vous devez répondre aux critères suivants :

Vous :

  • êtes le/les dirigeants de la société
  • serez 100% disponible durant cette 1/2 journée
  • êtes sur Montpellier (ou pouvez vous déplacer)

La société :

  • a déjà une certaine activité (clients, chiffre d’affaire…)
  • a besoin d’accélérer sa croissance (en se diversifiant, en changeant de cible, en modifiant sa proposition de valeur…)

La sélection se fera principalement sur l’intérêt (totalement subjectif) que j’aurais pour la problématique et la société, ainsi que les possibilités de collaborations futures.

Pour proposer votre société, remplissez ce formulaire.

Enfin, dans le cas où votre entreprise ne serait pas sélectionnée, il reste toujours la possibilité de poser votre question, si elle est simple, sur le forum Pragmatic Entrepreneurs et surtout, de me contacter pour que je vous accompagne pour accélérer votre croissance.

Découverte de l’hypnose de rue

Je parle généralement d’entrepreneuriat sur ce blog. Vous vous demandez sûrement pourquoi j’ai décidé de vous parler d’hypnose de rue aujourd’hui. Il y a pourtant bien un lien !

L’entrepreneuriat, grâce aux semaines off, me permet d’avoir de plus en plus de temps libre. Etant curieux de nature, je profite de ce temps libre pour découvrir des domaines qui m’intéressent : j’ai intégré une troupe de théâtre d’improvisation, je me suis remis à la musique électro, j’ai lancé plusieurs side-projects… et récemment j’ai découvert l’hypnose de rue !

C’est une des découvertes les plus extraordinaires que j’ai pu faire, alors je voulais partager cette expérience avec vous.

Séance d'hypnose avec Ludovic

Les aprioris sur l’hypnose

L’hypnose est un sujet que les gens connaissent mal généralement. Il y a beaucoup de préjugés. Voici ceux que j’entends le plus :

L’hypnose, j’y crois pas…

Jusqu’à maintenant, j’associais plutôt l’hypnose à de la magie. Je pensais que cela devait être truqué, que les participants faisaient probablement un peu semblant. C’est un sujet sur lequel j’avais essayé de me renseigner rapidement, mais j’étais toujours tombé sur des vidéos de 3h d’un hypnotiseur bizarre qui essaye de relaxer avec un pendule, sur des sujets peu passionnants orientés médecine, sur des spectacles d’hypnoses assez flippants… mais rien de bien constructif.
En découvrant l’hypnose, je me suis aperçu qu’il y avait beaucoup d’écrits sur le sujet. De plus, il y a toute une éthique et une déontologie autour de l’hypnose de rue qui m’a plu et rassuré. Le respect de la personne reste une priorité. Le mieux est encore d’essayer !

Tu vas me faire faire la poule !

C’est assez incroyable de voir le nombre de fois où quelqu’un m’a dit ça. Une variante est « Ah, tu fais de l’hypnose ? Ne me regarde plus dans les yeux ! ». Si c’était aussi simple, ça se saurait. Tout d’abord, pour hypnotiser quelqu’un, la personne doit le vouloir. Elle reste consciente de tout ce qui se passe et il est impossible de l’amener à faire quelque chose qu’elle ne voudrait pas faire ou encore de l’hypnotiser par surprise.
De plus, le but du jeu de l’hypnose de rue est que l’hypnotisé et l’hypnotiseur passe tout les deux un bon moment. Une confiance doit s’installer entre les deux tout au long de l’expérience. L’hypnotisé repart détendu et content découvert cet état. L’hypnotiseur est récompensé par le plaisir de faire découvrir cette discipline peu connue.

Tu vas me faire faire des trucs et je ne m’en souviendrai même pas !

Là aussi, c’est loin d’être aussi simple… et heureusement ! Même s’il est possible d’obtenir de courtes amnésies (par exemple, amnésie du prénom), la personne se souvient de tout rapidement.

Mes débuts

initiation à l'hypnose de rue Il y a un mois, une amie m’a conseillé d’acheter la voix de l’inconscient. J’ai essayé des tests de suggestivité sur des amis et j’ai commencé à avoir quelques résultats (vous pouvez tester vous aussi sur des amis, c’est facile). Juste en leur parlant j’arrivais à les convaincre que leurs mains étaient comme aimantées. Leurs mains se rapprochaient sans qu’ils le veuillent vraiment. Rien que ça était déjà assez incroyable pour moi !

Ensuite, est arrivé le jour où j’ai réussi ma première catalepsie (main collée sur la tête). Je ne pensais pas vraiment que cela pourrait marcher si facilement, mais j’ai quand même essayé. En tentant d’y mettre la meilleure conviction du monde, j’ai suggéré à un ami que sa main été aimantée par sa tête puis une fois qu’elle a touché son front, qu’elle serait maintenant collée. Et là… ça marche !!! Mon « cobaye » n’arrive pas à décoller sa main pendant quelques secondes. J’avais l’impression de me découvrir des super pouvoirs !

Rencontre avec d’autres hypnotiseurs de rue

Enfin, il y a 2 semaines, j’ai fais une sortie sur Montpellier avec quelques hypnotiseurs rencontrés sur un forum. Ils m’ont donné des conseils. Je les ai vu à l’oeuvre sur des dizaines de personnes. J’ai pu tester différentes techniques. C’était passionnant. En plus, pour la première fois, j’ai « endormi » quelqu’un !

Seul petit regret, à la fin de la journée, je n’avais pas eu l’occasion de faire une session de A à Z. Soit j’avais fait des débuts d’hypnose avec des gens qui vivaient l’expérience pour la première fois, soit des inductions/suggestions plus avancées mais sur des gens très réceptifs. Merci aux hypnotiseurs qui étaient avec moi ce jour-là (Clara, Clémence, Raphael, Adrien, Fabien, Jimmy…).

Ma première hypnose « complète »

Afin de mettre en pratique tout ce que j’avais appris. J’ai invité une copine à manger le lendemain midi. On est allé dans un parc au calme l’après-midi. Il y avait un vent léger et un bruit de fontaine, bref, le cadre idéal pour une séance d’hypnose au calme. J’ai commencé les tests de suggestibilité… ça marche. Puis une catalepsie (main collée sur la tête)… ça marche. Je tente une induction rapide… ça passe aussi ! Une induction permet de mettre la personne dans un état de sommeil hypnotique, qu’on appelle transe. C’était la première fois que je réussissais l’enchainement et cela paraissait plutôt simple.

J’ai continué à tester d’autres suggestions, de plus en plus avancées… tout marche :

  • Baguette magique : chaque fois que j’utilise une baguette magique, elle retombe en état de sommeil
  • Changement de prénom : je lui donne un nouveau prénom et elle est convaincue de s’appeler comme ça
  • Roulette des prénoms : chaque fois que je lui demande son prénom, elle m’en donne un nouveau
  • Amnésie d’un chiffre : je lui fais oublier le chiffre 4, puis je lui demande de compter ses doigts et elles en trouvent 11
  • En pleine euphorie, je tente les hallucinations. J’arrive à lui faire croire qu’elle est transparente et même que je suis sa star préférée pendant plusieurs minutes !

Je ne croyais pas cela possible. Je ne pensais encore moins être capable de le faire. Et pourtant, c’est bien arrivé. J’ai même eu d’autres exploits cette semaine.

Et maintenant ?

J’ai encore beaucoup à apprendre. Je me lance de nouveaux défis régulièrement. Le dernier en date était d’arriver à hypnotiser un participant du Startup Weekend Aix et de lui faire croire qu’il s’appelle « Startup Weekend ». Défi réussi (moins de 5 min après le début de la session), voilà la vidéo :

Pour connaître les dates de nos prochaines sorties dans les rues de Montpellier, vous pouvez suivre notre page Facebook. Vous pouvez également suivre ma chaîne Youtube, pour voir mes autres vidéos.

A très vite dans les rues de Montpellier !

Pragmatic Entrepreneurs : le forum d’entraide des entrepreneurs

Logo Pragmatic EntrepreneursJ’ai le plaisir de vous annoncer le lancement de Pragmatic Entrepreneurs, forum d’entraide pour entrepreneurs et startupers.

Le but du site est de fournir un espace de discussion et d’échange aux entrepreneurs pour qu’ils puissent s’entraider, partager des bons plans, se rencontrer

Quelle est la vision ?

Je souhaite que Pragmatic Entrepreneurs soit un moyen très efficace d’obtenir de l’aide. Vous pouvez y parler d’entrepreneuriat, de business model, de lean startup, de marketing, de compta… Ce forum deviendra petit à petit une base de connaissances riche et facilement accessible à n’importe quel entrepreneur.
La qualité du contenu est au centre de mes préoccupations. Rapidement, une équipe de modérateurs m’épaulera pour faire appliquer quelques règles (pas de promo, pas de bullshit, pas de spam…).
Beaucoup de choses restent à faire. Ce forum doit devenir VOTRE forum. Parlons-en ensemble sur la catégorie meta.

Logo Pragmatic Entrepreneurs

Comment démarrer avec Pragmatic Entrepreneurs ?

Pour commencer, le mieux est d’aller sur le site et de se connecter pour profiter de toutes les fonctionnalités (favoris, lu/non lu, votes…).
Ensuite, je vous invite à lire et pourquoi pas, participer à des sujets tels que les vidéos ou les livres recommandés pour un entrepreneur.
Enfin, n’hésitez pas à aider quelqu’un, poser une question, partager un bon plan…

Comment les entrepreneurs font-ils aujourd’hui ?

Aujourd’hui, en dehors de leur propre réseau, les entrepreneurs passent généralement par des groupes Facebook (ex : French Startupers) pour discuter entre eux. Cependant, ces groupes sont secrets la plupart du temps et modérés avec plus ou moins d’attention. De plus, tous les messages sont en vrac et la recherche fonctionne pas très mal. Bref, il manquait quelque chose !

Vous aussi, devenez un Pragmatic Entrepreneurs en courant vous inscrire !