Startup Weekend Bordeaux : une expérience

Après Paris, Genève, Nice (en tant qu’orga), Montpellier, Toulouse, j’ai participé au Startup Weekend de Bordeaux ce weekend !

J’ai beaucoup appris durant ce Startup Weekend et je souhaitais partager avec vous quelques retours d’expérience.

Le pitch : le projet surprise

Pour ma 6eme participation à un Startup Weekend, j’ai choisi d’innover un peu. Le vendredi soir, ceux qui le souhaitent pitchent une idée. Je suis allé pitcher… mais je n’ai pas donné d’idée ! J’ai dit que, pour moi, la chose la plus importante dans une startup est l’équipe, pas l’idée. J’ai proposé qu’on trouve l’idée ensemble, une fois que l’équipe serait formée.

Au moment où j’ai pitché, j’avais conscience du côté fun du projet, mais je pensais que peu de gens me rejoindrait par peur de passer le week-end sur une idée qui ne leur plairait peut-être pas. J’avais tout faux ! Cela a été le 2eme pitch à recevoir le plus de billets et nous étions la plus grosse équipe du week-end !

Mais pourquoi l’idée a-t-elle autant séduit ?

L’équipe au coeur du projet

Afin de mieux comprendre, le succés du pitch, j’ai demandé aux membres de l’équipe pourquoi ils avaient voté et pourquoi ils étaient venus. A chaque fois les mêmes arguments revenaient :

  • Le pitch étant fun, ils ont imaginé que le projet le serait aussi et qu’ils s’éclateraient tout le week-end.
  • On a trouvé l’idée ensemble. Elle appartenait à chacun. Les membres de l’équipe se sont donc sentis plus investis.
  • Beaucoup partageaient ma vision sur l’importance de l’équipe et pensaient qu’en venant dans ce projet, ils auraient plus de liberté, d’autonomie et de reconnaissance que dans un projet classique.

Grâce à ça, l’équipe a fait preuve d’une motivation remarquable tout le weekend !

L’expérience a été passionnante et j’ai passé un excellent weekend aux cotés de cette fabuleuse équipe (en photo ci-dessous).

L'équipe Oh My Guest

Profiter du réseau

Autre point intéressant du week-end, dimanche matin, nous cherchons des chiffres sur le net. Nous souhaitons savoir combien les bars et les restaurants paient pour être mis en avant sur des sites comme les Pages Jaunes, Dismoiou, Cityvox… Pas d’info sur Google, personne ne sait dans l’équipe, personne ne connait des gens dans ces différentes sociétés.

J’ai alors proposé de faire jouer le réseau. Je poste un tweet en disant que je cherche une personne travaillant dans une de ces entreprises. Le tweet est retweeté par plusieurs participants. 10 minutes plus tard, nous avons Gilles Barbier, CEO de Dismoiou, sur Skype. Plusieurs personnes de Cityvox et Pages Jaunes, nous ont proposé de l’aide dans la journée.

C’est pas la première fois qu’on essaye d’appeller des gens qui paraissent difficilement contactables, surtout un week-end. Pourtant, à chaque fois, nous sommes avons eu des gens passionnés et qui nous ont aidés très volontiers.

OhMyGuest

Logo OhMyGuest
Comme nous n’avions pas d’idée, nous avons dû en trouver une. Nous avons refait un genre de Startup Weekend en interne. Nous sommes finalement partis sur OhMyGuest, une application pour rencontrer des gens qu’on ne connait pas en leur offrant un verre dans un bar ou un restaurant.

Site web OhMyGuestDès qu’on va sur l’application (web ou mobile), on tombe directement sur la liste des invitations proposées aux alentours. Si aucune ne convient, il est évidement possible d’en créer une. Lors de la création, on doit choisir un type de boisson qui représente le type de rencontre que l’on souhaite faire (café = business, champagne = chic …) ainsi qu’une date et un lieu.

Voici les slides de la présentation:

Vous pouvez suivre l’évolution du projet sur :

Twitter : @ohmyguest
Facebook : Page OhMyGuest
Site webhttp://ohmyguest.com

 

Et vous qu’avez-vous appris durant le weekend?

 

  • Thibaut

    En soit l’idée était bonne et la motivation semblait être de la partie.
    Cependant c’est vraiment dommage de faire concourir ce projet “surprise” parmi les vrais projets.
    Puisque ce projet n’a pas été préparé à l’avance ni soutenu le vendredi soir, il n’aurait pas dû concourir dans la même catégorie.
    Dommage également que ce projet ai mobilisé autant de monde face a des projets n’ayant réussi à réunir que 2/3 personnes… sans développeur, sans graphiste, certains projets on malheureusement avorté…

  • Yann

    @Thibaut, on peut comprendre que certains porteurs de projets aient été déçus de voir ce ‘projet surprise’ attirer autant de gens…
    Je ne peux parler qu’en mon nom, mais perso, j’ai voté pour 3 projets lors de la présélection, des 3, seul le projet surprise a été sélectionné, et honnêtement je ne me voyais pas m’investir dans les 12 autres.
    Qui plus est, si comme annoncé par bcp, notre nombre nous avait empecher de travailler correctement,plusieurs d’entre nous étaient prêt à changer de groupe ; sauf que ça n’a pas été le cas, notre groupe a super bien fonctionné, on s’est bien trouvé en somme, du coup, ça ne nous ait pas venu à l’idée, puisque nous étions tous très impliqués / occupés.

    Enfin, c’est aussi la règle du jeu finalement. Les participant choisissent en conscience le projet qu’ils veulent défendre, je ne vois pas en quoi ce choix pourrait être critiquable ensuite.

    …my 2 cents.

  • C’est excellent ! Casser le code, sortir du rond et mobiliser sur moins qu’un concept. Ou davantage, finalement. Ça c’est de la création.

  • Bonne idée de lancer un projet “libre” !
    Je pense aussi que beaucoup de gens ont des idées, mais n’osent pas pitcher le vendredi, ce qui explique le succès de ton projet.

  • Le monde réel c’est pas cela, les concurrents ne se font pas de cadeaux.. Je trouve absolument légitime la tournure que cela a pris ce sont les aléas et les Startupweekend l’ont bien compris: Ils se sont basés sur la part de chance et le hasard (séance de récolte des tickets) C’est de bonne guerre en somme.

  • Bien joué ! J’ai hésité à faire la même chose au SWPA précédent, j’aurais dû.

    Je trouve que le concept des débuts de Startup Weekends (pitchs puis constitution des équipes) est à l’envers. J’aimerais voir un SW expérimenter en faisant l’inverse : pur networking et constitution d’équipes par affinités le vendredi soir (et avant via les réseaux sociaux etc), et laisser chaque équipe définir collectivement son sujet.

  • Super témoignage, merci !